La popote de notre enfance

Ecrit par: Popotte Ginette Dans: La vie de Ginette Sur: Commentaire: 0 Succès: 96

Après plusieurs années comme éducateur spécialisé en ITEP, Guillaume Chiri a changé de voie professionnelle pour ouvrir son foodtruck, La popote de Ginette.

Cela va bientôt faire un an qu’il a posé ses casseroles en terres vénissianes. Ancien éducateur spécialisé en instituts thérapeutiques éducatifs et pédagogiques (ITEP), Guillaume Chiri a changé de voie professionnelle pour devenir cuisinier, avec l’aide de la Cocotte. « Je commençais à en avoir marre. J’ai préféré arrêter avant d’atteindre le point de non-retour« , explique-t-il.

Dans son food truck, La popote de Ginette, il revisite des plats typiques de la cuisine française. « Je suis très heureux, j’aime le contact avec les clients, j’aime ce que je fais. Même si je n’ai pas la prétention d’être un grand cuisinier, je fais des plats familiaux et simples. »

Chaque semaine, les menus varient. « Je cuisine des plats de mon enfance et j’y ajoute une touche d’originalité comme des épices ou je change quelques ingrédients. » Des plats qui sont peut-être simples, mais qui plaisent. « Ça a pris une très grande ampleur, très rapidement. Il m’a fallu un mois et demi pour me faire connaître, maintenant les gens viennent et reviennent. »

Pour s’approvisionner, Guillaume Chiri a choisi de donner la priorité au local. « Je travaille avec une coopérative agricole, en circuit court, pour la viande et les légumes. » Le nom « La popote de Ginette » est un hommage à sa grand-mère.

La semaine, son food truck est garé dans le Parc du Chêne à Bron, où il peut satisfaire les papilles de près de 3 000 salariés. Mais il n’oublie pas pour autant les Vénissians. Dans ses cuisines, rue Jules-Serval, les commandes peuvent être récupérées tous les matins sur place et le mercredi, le camion reste sur Vénissieux.

Jusqu’à présent, Guillaume travaillait seul. Mais face à l’engouement que connaît son affaire, il a accueilli récemment « une employée à mi-temps, ainsi qu’un stagiaire qui vient d’un ITEP et qui était en échec scolaire« . Et son ambition ne s’arrête pas là. « Je suis en pleine réflexion, j’aimerais peut-être proposer un point de vente fixe sur le site, ou alors proposer un système de livraison. Je suis bien ici, c’est une belle aventure. »

La Popote de Ginette, 1, rue Jules-Serval, Vénissieux. 06 59 46 78 68

Source : Expression Venissieux

commentaires

Leave your comment